En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
Vous êtes ici :  Accueil
 
 
 
 
 
Texte à méditer :  Ce que l'on doit chercher à savoir, c'est de quelle façon on doit vivre sa vie pour qu'elle soit la meilleure possible.  Socrate, philosophe.
 

EDITORIAL 4

EN 1956, LE C. A. P. AVIRON AVEC P. CRAMPETTE & F. VITALE A AUSSI ÉTÉ CHAMPION DE FRANCE !

illus_edito§§.jpg

"Ce jour-là, vous étiez imbattables..."

PORT-LYAUTEY, 15 septembre (Corr.part.) - Année faste pour Port-Lyautey, qui possède déjà Cohen, champion de France junior du 1.500 mètre, et vient en plus de remporter le titre de champion de France en "deux" yole de mer grâce à Vitale et Crampette. Les anciens de l'aviron en ont les larmes aux yeux. C'est "vingt ans après" ou presque, puisque déjà en 1935 le C. A. P., qui s'appelait à l'époque le C.N. K., était déjà champion de France dans la même catégorie.
De plus, le bateau des champions 1956 a vingt ans d'âge, puisqu'il a été acheté en 1936, c'est presque une relique ! Il pèse 15 kgs. de plus qu'un bateau récent, mais cela n'a pas arrêté Vitale François et Crampette, deux gaillards volontaires en diable. Entre ces deux dates aucune équipe du Maroc n'a été champion de France.
Vitale François, employé d'assurance, est un ancien du C. A. P. qui a gravi tous les échelons de juniors à 1ère catégorie en quatre surtout, et qui s'est spécialisé en deux depuis un peu plus d'un an.
Crampette, instituteur, fils de l'ancienne directrice d'une école de Port-Lyautey, a 23 ans et ne s'est mis à l'aviron que depuis un an. C'est tout dire sur les moyens extraordinaires, la facilité d'adaptation et la volonté inébranlable de cet athlète.
Nous sommes allés rendre visite à Vitale qui est entré de Marseille et nous lui avons demandé des précisions sur les championnats. Il nous répond très franchement et sans forfanterie, on sent qu'il est heureux de la victoire, qu'il en apprécie le prix, mais qu'il n'est pas grisé. Il nous dit :

"Dès le vendredi, au Tournoi des quatre ligues, nous avions décidé de ramer à fond pour voir ce dont nous étions capables. C'est ce que nous avons fait pendant 1.500 mètres, puis voyant que les adversaires ne suivaient pas, nous nous sommes contentés de maintenir la distance et nous avons passé la ligne d'arrivée avec une grande avance, difficile à chiffrer en longueurs de bateau. Cela nous donna confiance pour les championnats. Le grand jour, très décontractés, nous avions décidé, misant sur notre entraînement très poussé, de partir à fond dès le début et de taper tant que nous le pourrions jusqu'au bout.
Au départ, nous avons été gênés par un assez fort vent de côté qui nous drossait sur les autres équipes. Nous n'avons évité notre voisin que grâce à l'habileté de notre barreur. Nous étions à côté de Nantes, favori de pas mal de connaisseurs, car cette équipe avait fait second derrière l'équipe de Nusbaum à quelques 10èmes de seconde, ce qui en donne la valeur. Mais presque aussitôt, nous avons pris une longueur à Nantes et l'écart s'est assez rapidement creusé, puisqu'aux 200 mètres nous étions au commandement. Le C. A. Paris a résisté assez longtemps, mais a été forcé de nous laissé partir, étant donné la cadence que nous avions soutenue pendant tout le parcours, nous efforçant de ne pas descendre au-dessous de 32 coups. Nous n'avons, à aucun moment, ralenti malgré la fatigue qu se faisait sentir, car nous nous sommes mal rendu compte de l'avance que nous avions prise. Nous avons vraiment donné tout ce que nous avions dans le ventre et lorsque nous avons demandé au barreur pourquoi il ne nous avait pas fait faire l'enlevage à l'arrivée, il nous a répondu calmement que c'était parce que nous étions absolument incapables de taper plus vite.

Nous avons avons passé la ligne d'arrivée avec 18 secondes d'avance sur le C. A. Paris, ce qui représente entre 60 et 70 mètres de distance. C'est à ce moment que nous nous sommes aperçus de l'avance importante que nous avions sur nos suivants, car à l'arrivée Crampette, qui avait toujours donné le maximum, était complètement K. O. et a dû être aspergé par notre barreur. Malgré cela, nous avons eu le temps de reprendre suffisamment de souffle pour pousser un hourrah ! en l'honneur du C. A. Paris qui arrivait seulement à ce moment là.

Les champions de France de l'année dernière qui se trouvaient dans les tribunes ont affirmés très aimablement qu'ils n'auraient été que seconds aujourd'hui, même avec leur forme de l'année dernière, et certains assuraient qu'il n'y avait qu'une seule équipe capable de nous tenir tête ce jour là et peut-être nous battre, c'est celle de Martin-Le Guérie, champions d'Europe 1954 en outrigger et champion de Franc depuis dans la même catégorie."

Photo de F. Vitale (colorisée) - Article "La Vigie Marocaine" 1956.

Lire la suite

EN 1956, LE C. A. P. AVIRON AVEC P. CRAMPETTE & F. VITALE A AUSSI ÉTÉ CHAMPION DE FRANCE !

illus_edito§§.jpg

"Ce jour-là, vous étiez imbattables..."

PORT-LYAUTEY, 15 septembre (Corr.part.) - Année faste pour Port-Lyautey, qui possède déjà Cohen, champion de France junior du 1.500 mètre, et vient en plus de remporter le titre de champion de France en "deux" yole de mer grâce à Vitale et Crampette. Les anciens de l'aviron en ont les larmes aux yeux. C'est "vingt ans après" ou presque, puisque déjà en 1935 le C. A. P., qui s'appelait à l'époque le C.N. K., était déjà champion de France dans la même catégorie.
De plus, le bateau des champions 1956 a vingt ans d'âge, puisqu'il a été acheté en 1936, c'est presque une relique ! Il pèse 15 kgs. de plus qu'un bateau récent, mais cela n'a pas arrêté Vitale François et Crampette, deux gaillards volontaires en diable. Entre ces deux dates aucune équipe du Maroc n'a été champion de France.
Vitale François, employé d'assurance, est un ancien du C. A. P. qui a gravi tous les échelons de juniors à 1ère catégorie en quatre surtout, et qui s'est spécialisé en deux depuis un peu plus d'un an.
Crampette, instituteur, fils de l'ancienne directrice d'une école de Port-Lyautey, a 23 ans et ne s'est mis à l'aviron que depuis un an. C'est tout dire sur les moyens extraordinaires, la facilité d'adaptation et la volonté inébranlable de cet athlète.
Nous sommes allés rendre visite à Vitale qui est entré de Marseille et nous lui avons demandé des précisions sur les championnats. Il nous répond très franchement et sans forfanterie, on sent qu'il est heureux de la victoire, qu'il en apprécie le prix, mais qu'il n'est pas grisé. Il nous dit :

"Dès le vendredi, au Tournoi des quatre ligues, nous avions décidé de ramer à fond pour voir ce dont nous étions capables. C'est ce que nous avons fait pendant 1.500 mètres, puis voyant que les adversaires ne suivaient pas, nous nous sommes contentés de maintenir la distance et nous avons passé la ligne d'arrivée avec une grande avance, difficile à chiffrer en longueurs de bateau. Cela nous donna confiance pour les championnats. Le grand jour, très décontractés, nous avions décidé, misant sur notre entraînement très poussé, de partir à fond dès le début et de taper tant que nous le pourrions jusqu'au bout.
Au départ, nous avons été gênés par un assez fort vent de côté qui nous drossait sur les autres équipes. Nous n'avons évité notre voisin que grâce à l'habileté de notre barreur. Nous étions à côté de Nantes, favori de pas mal de connaisseurs, car cette équipe avait fait second derrière l'équipe de Nusbaum à quelques 10èmes de seconde, ce qui en donne la valeur. Mais presque aussitôt, nous avons pris une longueur à Nantes et l'écart s'est assez rapidement creusé, puisqu'aux 200 mètres nous étions au commandement. Le C. A. Paris a résisté assez longtemps, mais a été forcé de nous laissé partir, étant donné la cadence que nous avions soutenue pendant tout le parcours, nous efforçant de ne pas descendre au-dessous de 32 coups. Nous n'avons, à aucun moment, ralenti malgré la fatigue qu se faisait sentir, car nous nous sommes mal rendu compte de l'avance que nous avions prise. Nous avons vraiment donné tout ce que nous avions dans le ventre et lorsque nous avons demandé au barreur pourquoi il ne nous avait pas fait faire l'enlevage à l'arrivée, il nous a répondu calmement que c'était parce que nous étions absolument incapables de taper plus vite.

Nous avons avons passé la ligne d'arrivée avec 18 secondes d'avance sur le C. A. Paris, ce qui représente entre 60 et 70 mètres de distance. C'est à ce moment que nous nous sommes aperçus de l'avance importante que nous avions sur nos suivants, car à l'arrivée Crampette, qui avait toujours donné le maximum, était complètement K. O. et a dû être aspergé par notre barreur. Malgré cela, nous avons eu le temps de reprendre suffisamment de souffle pour pousser un hourrah ! en l'honneur du C. A. Paris qui arrivait seulement à ce moment là.

Les champions de France de l'année dernière qui se trouvaient dans les tribunes ont affirmés très aimablement qu'ils n'auraient été que seconds aujourd'hui, même avec leur forme de l'année dernière, et certains assuraient qu'il n'y avait qu'une seule équipe capable de nous tenir tête ce jour là et peut-être nous battre, c'est celle de Martin-Le Guérie, champions d'Europe 1954 en outrigger et champion de Franc depuis dans la même catégorie."

Photo de F. Vitale (colorisée) - Article "La Vigie Marocaine" 1956.

Fermer

La dernière nouvelle

ANNULATION A. G. 2021 - le 27/03/2021 : 19:07 par gharbaoui

Amis Kénitréens / Port Lyautéens, bonjour

Nous vous informons qu’une délégation du Comité Directeur de l’AAKPL s’est rendue le 15 mars 2021 au Grand Hôtel de Nîmes pour rencontrer son Responsable afin de discuter de la prochaine AG prévue le 8 et 9 mai.

Après un long échange sur les restrictions sanitaires qui nous empêchent d’être accueillis dans des conditions de retrouvailles sympathiques et au vu du manque de participants, nous avons le regret de vous dire que notre AG 2021 doit malheureusement encore être annulée.

Nous espérons que cette pandémie ne durera pas éternellement afin de nous permettre de nous retrouver en mai 2022 toujours avec le même plaisir et en attendant nous poursuivons notre travail. Le nouvel annuaire sera bientôt achevé, il sera disponible vers la fin mai et sera vendu comme par le passé à 10 € plus 5 € de frais d’envoi.

 

En attendant de nous revoir, merci à tous de penser à renouveler votre adhésion.

 

Pour les membres du bureau

Le Président

Serge CANADAS

 Vous trouverez ci-après le bulletin d'adhésion pour la nouvelle association Amicale des Anciens Kénitréens-Port-Lyautéens. (A. A. K. P. L.). Cliquez sur l'icône -> pdf.gif

Pensez à inscrire votre adresse e-mail, sur votre bulletin d'adhésion.

Lire la suite

Amis Kénitréens / Port Lyautéens, bonjour

Nous vous informons qu’une délégation du Comité Directeur de l’AAKPL s’est rendue le 15 mars 2021 au Grand Hôtel de Nîmes pour rencontrer son Responsable afin de discuter de la prochaine AG prévue le 8 et 9 mai.

Après un long échange sur les restrictions sanitaires qui nous empêchent d’être accueillis dans des conditions de retrouvailles sympathiques et au vu du manque de participants, nous avons le regret de vous dire que notre AG 2021 doit malheureusement encore être annulée.

Nous espérons que cette pandémie ne durera pas éternellement afin de nous permettre de nous retrouver en mai 2022 toujours avec le même plaisir et en attendant nous poursuivons notre travail. Le nouvel annuaire sera bientôt achevé, il sera disponible vers la fin mai et sera vendu comme par le passé à 10 € plus 5 € de frais d’envoi.

 

En attendant de nous revoir, merci à tous de penser à renouveler votre adhésion.

 

Pour les membres du bureau

Le Président

Serge CANADAS

 Vous trouverez ci-après le bulletin d'adhésion pour la nouvelle association Amicale des Anciens Kénitréens-Port-Lyautéens. (A. A. K. P. L.). Cliquez sur l'icône -> pdf.gif

Pensez à inscrire votre adresse e-mail, sur votre bulletin d'adhésion.

Fermer