En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Texte à méditer :  C'est en vieillissant, qu'on apprend à rester jeune !  (?)
 
 
 
Vous êtes ici :  Accueil
 
 
 

Bienvenue sur KPL - INFOS

ESTARTIT 2020 REPORTÉ : Ci-après la lettre des organisateurs aux K/P-L inscrits ou intéressés.pdf.gif

illus_edito.gif

UNE RENTRÉE PAS COMME LES AUTRES…

Nous étions dans les années 30 et ce 1er octobre nous trouvait en sandales et vêtement d’été.

Le soleil dardait encore. Nous quittions à peine Méhédya, et l’ambiance était des plus moroses… Nous attendions un nouveau professeur, dont nous ne savions rien. Les garçons toujours bien informés, nous avaient prédit une peau de vache du Rouergue, ou un auroch du Lot. Sur nos bancs, guettant la porte, nous étions à la fois curieux et angoissés. Il entra… droit, très droit malgré sa taille moyenne, trapu, un visage au menton carré, que contrariait une chevelure matée, qui aurait voulu onduler. Il nous fixa du regard… prononça quelques mots… Hélas ! l’accent était de « là-bas ».

Craie en main, se dirigeant vers le tableau, il écrivit en majuscules : « PAN », fit volte-face, d’instinct posa son regard sur NORMAND, notre « fort en tout », qui pourtant n’avait pas bronché. Une autre syllabe se souda à « PAN », il s’appelait PANDELLÉ…

Le silence pesait, il se retourna, le visage irradié d’un large sourire, des yeux rieurs, un brin moqueurs nous regardaient… Le courant passa, et à son généreux sourire, répondirent vingt autre sourires libérés.

Il ne fut ni peau de vache, ni auroch. À son autorité sans faille, certains s’en souviendront, s’ajoutaient sa bonne humeur, un lyrisme propres à ces provinces d’Oc, héritage sans doute de leurs lointains troubadours, qui sillonnaient la France médiévale, portant joies et poésies. Avec lui, nous avons parcouru le monde, connu des peuples, remonté le temps, pataugé dans les participes, les verbes irréguliers, et sommes devenus par l’Instruction Civique, des citoyens en puissance d’une République respectée *. Quant à la littérature, je pourrais en remplir des pages… Nous aurions pu d’emblée, entrer au Théâtre Français.

Ainsi étions-nous les élèves d’un maître et ami. Je viens d’apprendre son décès. Avec moi, d’autres anciens plongeront, non sans nostalgie et tristesse dans cet heureux passé, reconnaissants d’un itinéraire qui nous a tracé fait de réalisme et de rêves.

* Qu'en est-il aujourd'hui en 2020 ? (ndlr)

Texte de Mme. E. L. MOUILLERON née NAVARRO
pris dans la revue SALAM de décembre 1996..

www.syndicatdelachasse.com/estartit/2019/estartit-2019-1.pps

www.syndicatdelachasse.com/estartit/2019/estartit-2019-2.pps

www.syndicatdelachasse.com/estartit/2019/estartit-2019-3.pps

www.syndicatdelachasse.com/estartit/2019/estartit-2019-4.pps

www.syndicatdelachasse.com/estartit/2019/estartit-2019-5.pps

www.syndicatdelachasse.com/estartit/2019/walter.pps

COVID 19

Bienvenue sur le site KPL-INFOS
auto-diagnostic :
maladiecoronavirus.fr

illus_flyer.png

IMPORTANT : La réunion annuelle de l'ESTARTIT est  reportée, cliquez sur l'image ci-dessus !

 

Entre nous. - Mon préféré


Note n°3798
par NOEL le 04/09/2020 : 08:13

Je viens d'apprendre le décès  de Georges DEFREYMAN. Georges dit "Popof" va rejoindre un nombre malheureusement trop important  de rameurs de la grande époque du CAP des années 50.. À cette époque participer aux championnats de France, lorsqu'on habitait Port Lyautey, était une vraie aventure. L'organisation logistique et financière n'était pas évidente . Georges et son camarade BUREAU furent en 53 Champion du Maroc , qualifié pour les Championnats de France où ils terminèrent mal placés, après avoir dominé une grande  partie de la course, Bureau n'ayant pas tenu le rythme pour des raisons extra sportives, raisons tout à fait honorables au demeurant. Au retour, son camarade étant absent , Georges fut convoqué par son entraineur (mon père) , Je m'en souviens : "Popof" et mon père s'étaient enfermés dans le salon, moi, dans la salle à manger, la réprimande fut sévère . "Popof " en restant silencieux couvrait son camarade et ami BUREAU. C'est ce qu'on appelle l'esprit d'équipe. "Popof"  fut un grand champion avant, pendant et après ces Championnats de FRANCE. 

PS: Mon père en fut mari, à la connaissance des faits. Mais seule la victoire comptait à cette époque.

NG

La dernière nouvelle

centenaire - le 20/08/2020 : 15:12 par MAYLE

Oups  ! j'ai le message qui est parti trop vite!  Mon oncle c'est ALBERT SANCHES ou SANCHEZ!!le père d'ANDRE, 

Lire la suite

Oups  ! j'ai le message qui est parti trop vite!  Mon oncle c'est ALBERT SANCHES ou SANCHEZ!!le père d'ANDRE, 

Fermer