En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

NOUVEAU

SUR

design_coins_arrondis.png

tongue

Vous souhaitez changer d'avatar par une image personnalisée comme par ex :

Bonhomme.jpg

Faites moi parvenir une photo de vous à mon adresse e-mail, je me charge du reste !

Bonne journée à tous !

Des soucis de connexion : appelez moi...

rolleyes


Fermer

Texte à méditer :   Le veinard est celui qui arrive à tout ; le malchanceux est celui à qui tout arrive.   Eugène LABICHE.
Vous êtes ici :   Accueil » On en discute ! (Forum) » SOUVENIRS 1925-1960 » Le port
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

On en discute ! (Forum) - SOUVENIRS 1925-1960 - Le port


Connectés : ( personne )
Snif !!!
 

actif  Sujet n° 227

le 05/08/2018 : 17:44
par cherghi

cherghi

519 messages

Le capitaine du M/S Diola se tenait sur la passerelle, à côté de l’homme de barre, il souriait en regardant avec ses jumelles car

  À l’embouchure du Sebou, aucun navire ne l’avait précédé et, dès la marée haute, le DIOLA serait le premier à franchir la passe et remonterait  le fleuve jusqu'à sa destination : Port –Lyautey .Il avait quitté son port d’attache en Normandie et se trouvait à présent au large de Mehdia.

   Le navire renversa la vapeur et à un demi-mile de la jetée, son ancre fut lâchée.  Une partie de l’équipage vint se placer près du bastingage pour admirer Mehdia, sa plage, son soleil …ainsi que ces deux risques – tout  qui plongeaient de la jetée  et s’approchaient en crawlant,  de la chaine d’ancre. Ils applaudirent car ils les connaissaient …L’eau à la sortie du fleuve avait une couleur ocre : celle des alluvions du fleuve… mais l’heure passait et la marée montante  rendit à l’océan sa belle couleur verte .Une sirène retentit et l’équipage salua  l’arrivée du remorqueur qui amenait le pilote qui allait les guider jusqu’au port, à environ  sept miles à l’intérieur des terres.

Le Diola remonta le Sebou avec précaution .Il longea la madrague où les thoniers étaient très affairés  sur leurs chalutiers . Un avion de la base aéronavale le survola . Le port serait bientôt en vue et le pilote redoubla d’attention car il arrivait à proximité du club d’aviron , alors le Diola ralentit en vue des quais et majestueusement il accosta .

 L’avant veille, des camions avaient déposé dans un hangar du port leur chargement de riz qui provenait de la plaine du Gharb , riz qui avait gagné la coupe d’or du meilleur riz du monde. Je travaillais à la Sté Générale De Surveillance   qui était sollicitée par les acheteurs de toute l’Europe pour garantir la qualité , la quantité , le dédouanement et l’embarquement  des céréales marocains. Je m’assurais que  le nombre et le poids des sacs était conforme ,je prélevais avec une sonde, du riz que notre spécialiste allait analyser comme il le faisait pour le blé, le soja , le sorgo , l’avoine, etc …Muni des documents nécessaires je me rendais au bureau de douane et un inspecteur ,après avoir vérifié les document et contrôlé les sacs ( et prélevé une petite quantité de riz pour son usage personnel   J )accordait l’autorisation d’embarquement ..Tout était prêt pour l’embarquement .

( A suivre )

Guy Simon

Poster une réponse Haut  

actif sujet actif   clos sujet clos   Important! Important!   Nouveau Nouveau message
Rectifier Rectifier message   Clôturer Clôturer sujet   Remonter Remonter  
Catégories de discussion  On en discute ! (Forum)  



Devise du Maréchal LYAUTEY

Quand on ne fait pas tout pour être le premier pour le devenir ou le rester, on ne demeure pas le deuxième on tombe fatalement le dernier. Maréchal LYAUTEY.